Fouilles archéologiques à Pellegrue

fouilles-archéologiques-pellegrue-jpegPrécédant le réaménagement de la place de l’église en 2000, des  fouilles archéologiques ont mis en évidence des soubassements d’un édifice antérieur. Cette étude préventive a été menée par le cabinet Hadès de Labège et dirigée par Nicole Langloff avec la participation de N. Villena i Mota.

Le résultat des fouilles  archéologiques de Pellegrue

Il ressort de ces fouilles archéologiques que” L’opération a révélé un site densément occupé de l’Antiquité à nos jours. Si la nature exacte des occupations du Haut puis du Bas-Empire demeure inconnue -en raison de l’absence de fouille extensive-la présence d’une nécropole mérovingienne est attestée par la présence d’au moins 17 sarcophages monolithes ( taillé dans un seul bloc). (Les Mérovingiens sont la  dynastie qui régna sur une très grande partie de la France et de la Belgique  actuelles, ainsi que sur une partie de l’Allemagne et la Suisse, du 5ème siècle jusqu’au milieu du 8ème siècle.)

Le bâtiment  culturel à proximité duquel ces sépultures se sont développées n’a pas été localisé. En revanche, plusieurs constructions médiévales du 11ème au 13ème siècle, dont l’ancienne forteresse de Pellegrue ( un château entouré de fortifications)  et le chevet de la première église romane citées dans des textes anciens, ont pu être repérées précisément. Les époque moderne et contemporaine sont abondamment représentées par plusieurs espaces et empierrements divers”

Cela confirme que Pellegrue était un castrum  fortifié ( étude très précise de Sylvie Faravel)  auquel  s’est ” collée ” la bastide, cas de figure particulier dans la création des bastides.